Agriculture et consommation

1
La Communauté a demandé à un cabinet expert (B&L Evolution) de réaliser un diagnostic de notre territoire, au regard du changement climatique. En quelques graphiques et de façon synthétique : voici ce qui ressort de ce diagnostic, concernant l’agriculture et nos consommations

Cliquer sur l'image pour agrandir
Image

Visualiser le document PDF

A vous de nous dire si cela vous paraît pertinent ; et notamment quels enjeux vous paraissent primordiaux…

Re: Agriculture et consommation

2
En parlant d'autonomie alimentaire il serait intéressant de connaitre la part de céréales exportées à l'extérieur du territoire et la part d'importation sur le maraichage.
Complètement en phase sur l'agriculture raisonné moins d'utilisation de carburant pour retourner les sols (moins de CO2), couvert végétal permettant d'éviter l'érosion du sol, d'absorber du CO2 et de fixer l'azote atmosphérique plutot que d'utiliser de l'amonitrate. Pour sensibiliser et faire adhérer les agriculteurs, nous avons un très bon exemple de se genre de pratique à la ferme des ruelles à Tilly, nous pouvons aussi contacter l'association maraichage sol vivant à Damville, ou la Sève à Sailly.
Développer la mise à disposition de semences reproductibles de variété éprouvée (ancienne) appropriées au teroire plus robuste et résiliente face au aléas climatiques et moins voraces en azote. Il y a à Roncherolles sur le vivier l'association Tricinum
Développer du maraichage urbain / semi urbain par les particuliers.

Re: Agriculture et consommation

3
Un recensement des milieux naturels patrimoniaux pourrait être lancé à l'échelle de la CCPIF : vergers, haies, prairies, zones humides... en vue de leur préservation et restauration dans le temps avec le concours des agriculteurs. Différents objectifs pourraient être recherchés : valorisation du terroir intercommunal, de son histoire, à des fins touristique ; diversification des productions locales ; préservation de la faune et de la flore de ces milieux (amélioration de la fonctionnalité de la trame verte et bleue) ; stockage de carbone (sol, arbres) adapté à la région... Un dispositif incitatif pourrait être mis en place (subvention pour l'acquisition d'essences végétales, la réalisation d'opérations de gestion...).

Pour compléter le message de Florentin, je m'interroge sur la possibilité d'expérimenter l'installation d'un ou d'une maraîchère communale sur l'une des communes de la CCPIF. Tout ou partie de ses productions pourraient être cuisinées dans une cantine scolaire. La ferme servirait également de lieu de pédagogie et d'apprentissage pour les élèves du territoire. Plusieurs communes se sont déjà lancées dans cette démarche. La généralisation du passage en gestion différenciée des espaces verts communaux permettrait de libérer du temps aux cantonniers qui pourraient davantage être mobilisés sur ce type de projet (tout en ayant des retombées bénéfiques sur la préservation de la biodiversité, de la ressource en eau, la limitation de l'usage de carburants...)
Modifié en dernier par BEN_Clément le dim. mai 16, 2021 8:07 am, modifié 1 fois.
cron