Le compte rendu de l'atelier d'élaboration n°3

1
Atelier n°3
d’élaboration du Plan Climat des Portes de l’Île de France

Thème Agriculture, biodiversité, alimentation, déchets
Le 23 / 11 / 2021, les participants du Club Climat réunis dans le cadre de la phase d’élaboration du Plan d’actions ont fait les propositions suivantes. Ces dernières feront l’objet d’un débat et d’une validation au sein des élus de la CCPIF, avant leur formalisation dans le plan d’actions du Plan Climat Air Energie du territoire.

Maintenir une agriculture vivante et diversifiée sur le territoire, et soutenir la transition des exploitations vers des techniques plus respectueuses de l’environnement et du climat.
■ Protéger les terres agricoles et réhabiliter les friches, dans le cadre d’une politique d’urbanisme pérenne à long terme ; et réduire autant que possible l’artificialisation des sols.
■ Faciliter les rencontres entre agriculteurs – notamment de différentes filières – afin qu’ils puissent échanger sur leurs bonnes pratiques.
■ Travailler avec la Chambre d’agriculture et inciter les agriculteurs à réaliser un diagnostic permettant d'identifier les vulnérabilités et atouts de leur exploitation - et ainsi à dégager des pistes pour modifier les pratiques, réduire les consommations, les dépenses, et faire des économies (d'énergie, d'intrants...).
■ Y compris : Cap’2er (Calcul Automatisé des Performances Environnementales en Élevage de Ruminants), pour les éleveurs>.
■ Afin de réduire les émissions liées à l’épandage d’engrais de synthèse, étudier les réseaux à mettre en place autour de l’utilisation du digestat des futures unités de méthanisation ; et sur l’usage des déchets fermentescibles des ménages et des professionnels - dans le strict respect de la législation.

Renforcer l’autonomie alimentaire du territoire, les circuits courts, le soutien à une agriculture vivrière de qualité, et la sensibilisation à une alimentation responsable.
■ Développer les échanges entre les agriculteurs et les consommateurs.
■ Pérenniser et développer les visites grand public à la ferme, le week-end. Voir : « Balades du goût », « Bienvenue à la ferme », « Rencontres Ville-Campagne », etc.
■ Faire participer les agriculteurs aux Journées de l’environnement (juin).
■ Recenser les exploitations et les pratiques « exemplaires », les valoriser et mieux faire connaître leurs pratiques auprès des autres agriculteurs… et auprès des habitants.
■ Mieux faire connaître les producteurs locaux, notamment par la publication d’un guide (avec carte).
■ Recenser les terres communales et intercommunales pouvant être exploitées, et faciliter l’installation sur ces parcelles de nouveaux maraîchers.
■ Organiser des marchés de producteurs locaux.
■ Mieux aménager leurs emplacements.
■ Etudier la possibilité de mettre en place une cuisine centrale pour la restauration collective – si besoin en coopération avec d’autres territoires environnants.
■ Coupler cet équipement d’un marché ouvert aux produits locaux.
■ Développer la part des produits locaux, dans la restauration collective.
■ Mettre en place des partenariats de long terme, avec les producteurs locaux, afin de leur assurer une demande crédible et pérenne.
■ Engager un plan de sensibilisation des scolaires, afin de réduire le gâchis alimentaire ; et s’inspirer des différentes initiatives conduites en ce domaine par d’autres territoires.
■ Mieux faire connaître les AMAP du territoire, et les soutenir.

Agir pour préserver et accroître la biodiversité du territoire.
■ Sanctuariser les zones de biodiversité.
■ Être particulièrement vigilant sur la préservation des mares.
■ Inciter chaque commune à lancer un inventaire ou un atlas de la biodiversité, et mobiliser fortement les habitants autour de ces initiatives.
■ Associer les scolaires à cette sensibilisation.
■ Travailler avec les associations naturalistes locales et les agriculteurs, afin de mieux faire connaître la biodiversité du territoire ; mieux la protéger ; et mieux sensibiliser les habitants à cette richesse (notamment les scolaires).
■ En matière d’éclairage public, coupler les réflexions sur les nuisances pour la biodiversité à celles conduites en termes de réduction des consommations énergétiques.
■ Inciter les communes et les particuliers à la plantation d’arbres.
■ Travailler avec les associations et les agriculteurs pour mettre en place un Plan Haies - développer les plantations, notamment le long des chemins communaux, et assurer leur entretien.
■ Se fixer un objectif de linéaires de haies à planter.
■ Inscrire les haies dans les PLU.

Mieux gérer les déchets, développer l’utilisation de la biomasse et des fermentescibles
■ Lancer un Plan Local de Prévention des Déchets (PLPD), afin de réduire les tonnages, de mieux sensibiliser les habitants, d’améliorer le tri et le traitement des déchets.
■ Développer le compostage sur le territoire.
■ Etudier la possibilité de mettre en place un site de compostage local.
■ Inciter les particuliers à produire leur propre compost, en distribuant à titre gratuit, ou pour un prix modique, des composteurs individuels – en faisant intervenir des ambassadeurs capables d’en expliquer le bon usage.
■ Développer le compostage dans l’habitat collectif.
■ Organiser une collecte des déchets verts, couplée avec la mise en place d’un service de broyage à la demande itinérant.
■ Valoriser les tailles de haies. S’inspirer des expériences menées dans d’autres territoires, et travailler avec les collectivités environnantes, si cela permet de rendre cette valorisation plus rentable.

Mieux préserver la ressource en eau.
■ Etudier la possibilité de distribuer aux habitants des cuves de récupération des eaux pluviales, gratuitement ou à faible coût.
■ Mieux entretenir les fossés de drainage et les réseaux d’écoulement.
■ A mener en parallèle avec la mise en place du Plan Haires.
■ Perméabiliser autant que possible les espaces urbains, notamment : parkings, cours d’écoles, etc.

Faire des territoires des éco-acteurs exemplaires.
■ Engager un Plan global, afin de rendre les consommations et les achats des territoires exemplaires.
■ Organiser une double /formation, technique et juridique, des acheteurs des collectivités, aux /achats responsables et à la formalisation des appels d’offres « vertueux ».
■ Mettre en place une Charte des achats durables intercommunale, suivie et évaluée, avec des objectifs chiffrés en matière « d’achats durables »
■ Développer avec l’ensemble des communes une politique globale de gestion des espaces naturels, plus respectueuse de la biodiversité (fauchage tardif, élagage respectueux de la nidification, gestion différenciée, et.)
■ Former les personnels à une gestion différenciée.
■ Sensibiliser le public, afin de mieux faire accepter ces nouvelles pratiques.
■ Développer la récupération des eaux pluviales dans les bâtiments communaux et intercommunaux.
■ Favoriser les espèces vivaces et économes en eau, dans toutes les plantations et floraisons municipales.
cron